Tag: tourisme

Fungi foray frolic in West Dorset

A fungal foray with John Wright is not mushroom hunting as I know it. Childhood memories of my mother’s picnics and my father whistling to keep hunters away are miles from a day at the Kingcombe Centre in West Dorset.

There are similarities of course. Baskets, knifes, eyes to the ground, a reassuring smell of decay when the nose gets closer to the undergrowth and that warm feeling of joy when a mushroom is found. Or a toadstool.

The point of taking part in a foray with Mr Mushroom himself is to learn. There were a few newbies like me and a few reoffenders who clearly thought it was worth re-foraging with Mr Wright. The world of fungi is a vast underground world where the initiated want to learn more and the foodies don’t want to go home empty handed.

Our foray was at the Kingcombe Centre in West Dorset, part of a Nature Reserve where the fields have never seen fertiliser, where the preservation of our local ecosystem is not a fashion. A very special place not just for the lucky visitors but also for the underworld. The 75 different types of fungi we found in about four hours should prove my point. Only one do I uncompromisingly know, a very exciting one at that, a chanterelle.

Our first lucky find in the hedge outside Kingcombe Centre was tall, thick stemmed, white with a greenish cap. It brought a big smile to John’s face as he dug it from the ground, bag at the base and all. He proudly showed the group and introduced us to the one mushroom you should avoid at all costs: The Death Cap. Need I say more. Not as pretty as its red and white cousin that fairies are keen on but more dangerous.

Of the remaining 73, I had come across a few but could sadly name none fully. English name or latin name. A beautifully fat boletus find was quite exciting. Being red though, it was totally the wrong colour for supper but perfect for a photo opportunity. John obliged by holding it up against the cloudless blue sky.

I still don’t know the difference between a toadstool and a mushroom. I might be the proud owner of a signed copy of the River Cottage Handbook No. 1 (John commented that he was honoured to sign his ‘Mushrooms’ book for a Française, cheeky charmer) but to me, they’re still all Champignons. All 4,000 species that you can find in Britain.

I learnt lots of interesting facts about fungi. For a start, they are the reproductive organ of a world that lives underground. From there, inevitable sexual innuendoes follow. How about the nipples on the magic ones that can take you to seventh heaven or leave you sorely disappointed and a carefully pronounced volva at the base of the hard stem of the Amanita phalloides. I’ll leave it at that, not my forte, I was brought up by a Catholic mother who was master picnic organiser but stayed away from such language. John on the the hand was far more masterful with his words, let alone knowledge, and had us giggling throughout the day.

A few titbits I gathered were of far greater interest. The reason mushrooms are often found at the edge of a wood or near a car park is not, as I thought, because mushrooms need a bit of sunshine to warm their caps but because the organism that lives under the ground is suddenly worried that the environment it is thriving in is running out. Time to reproduce and out come the fruits for spores -babies in the making- to be scattered, and for animals to pick, munch or nibble.

Of far more interest for my stomach is that the mushrooms my family still hunt for, once the first rains have blessed the sunny South of France and its pine and oak forests, can be found in this country. The Saffron Milkcap. For once, the clue is in the Latin name: Lactarius deliciosus. I found one years ago, somewhere in the South West and John confirmed you can find them in this country. I wasn’t dreaming after all.

Should I tell you where? If a delicious mushroom is to be found, should its location be shared? Well, here is one thing the French and the English have in common. My Dorset farmer friend and his father don’t share their secrets for Field Mushrooms hotspots with each other. My family don’t divulge their pine forest autumn picnic locations to all and sundry.

It looks like I will be spending the next few years hunting in pine and oak woods of Dorset to leave my children our own little mushroom secrets. I’ll be thanking John for renewing my love of the forest undergrowth, his little book in my basket, keeping away from beautiful white tall mushrooms with a volva.

John Wright shows off the Death Cap:

John Wright's Death Cap

Photogenic Boletus:

Beautiful boletus

Kingcombe Centre courses:

http://www.kingcombe.org/courses/intro.aspx

Advertisements

A pinch of art and a large dose of love

“Cuisine is a few grams of passion, a spoonful of technique, a pinch of art and a large dose of love”

When chef Eric Bendel wrote this, he clearly meant it. His restaurant is in the middle of nowhere, well actually right bang in the middle of France in Bruères-Allichamp. We were driving South and found that all the hotels in Bourges were full. A short drive on an empty route départementale and we were grateful to find a small hotel along the Cher river. Les Tilleuls isn’t the prettiest of hotels, rather a long 60’s wooden affair.

No credit card or passport were asked, what a delight and oh so rare these days. Our rooms were clean and comfortable although sound proofing is probably not high on the list. The big surprise came when we sat down for dinner. The menu is a short list of about nine items that change fortnightly and you choose how many you want. Children just get smaller portions, no fish and chips to be found anywhere.

When I read Eric’s poem I figured we should be in for a treat. When I read the menu, it was definitely an artist talking. Proof was definitely not just in the pudding. It started with not one ‘mise en bouche’ but two: three verrines each of cress, celery and cucumber gazpachos followed by crayfish with a courgette soup topped with herring caviar, all beautifully presented.

It’s one of those menus some people find pompous. Verrines are pretty little glasses filled with soups or layered puddings. Gaspacho is after all a cold soup. Yes it’s nouvelle cuisine if that means a pleasure for the eye and yes there were foamy additions to perfectly balanced plates. Last time I had a meal that made me feel like a child again was when I ate at Les Ambassadeurs, the Crillon’s restaurant in Paris. Proper posh with a stool for my handbag. Jean-François Piège was in the kitchen, I was scribbling notes for a magazine. This time, I was with my family, paying my way. Seeing my children get all excited by beautifully presented plates and happily discover new tastes was a joy.

Laure has done a great job decorating the restaurant, husband Eric clearly cares passionately about his work, attention to detail is faultless; although I must admit there were only two tables that night, being mid-week and off holiday. At around £60 per person for four properly crafted courses including nice wine, aperitifs and digestifs, we got an evening that we will remember for a long time. The joy of the unexpected, the subtlety of tastes, the fun of new discoveries; the love did show.

Some call it professionalism. That’s not enough. The passion has to be translated to provide a memorable experience.

I can still taste the mini pistachio rice pudding with strawberry cream and poppy mousse.

Thank you Bourges for being full that day.

Hotel restaurant Les Tilleuls

De la 2CV à la J220 pour qui admet aimer les voitures

C’est sur que c’est pas trop politiquement correct dans les années 2010 d’aimer les voitures. Mais bon, nous avons le plus grand musée automobile de Grande-Bretagne à une demi heure de chez nous et il pleut. Le mari est un fana de voitures et mes fils tiennent de lui donc pour notre famille c’est un endroit idéal.

Le musée Haynes est super facile d’accès, sur la route des vacances anglaise (la A303, cousine éloignée de la Nationale 7) à Sparkford dans le Somerset. Après une entrée nostalgique avec un fiacre en hommage à M. Benz on se retrouve dans la salle rouge où toutes les voitures sont… rouges! On pense tout de suite à Ferrari bien sur, mais on y trouve aussi Austin Healey, Triumph, Lamborghini Countach, AC Cobra, MG…

C’est sur que pour les amoureux de voiture il y a de quoi faire même si parfois il y en a tellement que certaines beautés sont un peu cachées. La plupart sont alignées derrière un cordon donc on ne peut pas les admirer sous tous les angles au grand dam du mari. Heureusement que la Jaguar XJ220 -votée voiture qu’on voudrait bien ramener à la maison- est bien placée pour pouvoir tourner autour et coller son nez aux vitres.

Et la mère qui n’aime pas les voitures autant que le reste de la famille, elle fait quoi? Ben… des photos. Donc du coup il a fallu qu’ils m’attendent. Les vues générales étaient nulles parce que l’éclairage dans les hangars est ou très fort ou plutôt faible et se reflète dans les carrosseries. Heureusement, ce ne sont pas les détails qui manquent. Les badges sont sympas qu’ils soient des sculptures genre Rolls Royce ou des lignes à la Citroën et les reflets peuvent être intéressants si on les cadre bien.

Comme tout ça donne faim nous essayons la cafétéria. Alors là attention, assurez vous d’arriver avant 2 heures si vous voulez manger chaud. J’oublie toujours l’heure quand je suis en vacances, c’est normal non? Le chef lui n’oublie pas et à deux heures pile il fait son entrée pour annoncer haut et fort qu’il ne sert plus parce qu’il a trop de travail (c’est que nous étions 8 dans la salle mais il avait aussi une conference). Je ne comprendrai jamais les personnes travaillant dans le tourisme avec ce genre d’attitude. Il a la chance d’avoir un marché captif mais la prochaine fois, je mangerai avant.

Mais bon finissons sur une bonne note. Les voitures valent le coup. Ma préférée? Difficile, je m’imagine bien dans la Midget de MG sur les petites routes du Dorset. Mais dans la catégorie plein les yeux, il faut voir la 1931 Duesenberg Model J. Les Américains disent qu’il s’agit d’une légende. Je peux le croire. Courbes superbes c’est plutôt une oeuvre d’art. Il n’y en a que huit dans le monde et celle ci est la seule hors Etat-Unis. C’est une merveille et la voiture la plus chère du musée.

Mais les Français aussi font des légendes mais comme nous sommes plutôt du genre égalité fraternité,  c’est la superbe 2CV qui nous représente. Et je peux vous assurer qu’il y aura plus d’Anglais qui ont entendu parler de la ‘toussivi’ que de la Duesy. Entre ces deux extrêmes il y a de quoi occuper les fanas de voitures chez Haynes.

http://www.haynesmotormuseum.com/

Pourquoi venir dans le West Dorset?

Portsmouth, Weymouth et Plymouth vous connaissez de nom, ce sont les ports de ferry pour les Français. Pour les Anglais et leurs vacances c’est le Devon, les Cournouailles et le Dorset de l’Est. Ben nous, on est au milieu. On a pas d’autoroutes et le ferry le plus proche est à Poole. Une petite heure en voiture pour arriver à Bridport. Et là c’est réellement le dépaysement.

D’abord il y a la Côte Jurassique qui est classée à l’Unesco (d’Intérêt Naturel Mondial, donc à préserver) pour sa diversité et sa beauté. Les falaises passent du gris au rouge (Charmouth ou Burton Bradstock), les plages sont de galets ou de sable fin, celle de Chesil est à perte de vue. Les petits ports de pêche approvisionnent la région en poisson frais (Lyme Regis ou West Bay).

Mais le West Dorset c’est aussi le vert des vistas du haut de ses collines. Tel un patchwork de verdure rappelant les bocages normands avec la mer en contrefont, les vues qui récompensent les marcheurs sont paisibles et sereines. Les sentiers balisés sont nombreux mais jamais bondés, juste quelques ‘hello’ de temps en temps.

Si la France est la championne des produits du terroir, le West Dorset n’a pas grand chose à lui envier. Oubliez cette image ancrée de la viande bouillie et insipide. La région a un amour de produits frais du coin qui attire les chefs et gourmets depuis longtemps grâce a un climat plus doux que le reste de l’île. Les restaurants ne sont pas classés chez Michelin et les nappes blanches sont rares. Mais les poissons sont frais et servis sans cérémonie, la viande -du chevreuil à l’agneau- est succulente et vient du boucher voisin, on privilégie les légumes de saison. Les restaurants ne comptent pas sur des touristes qui ne reviendront pas pour gagner leur croute.

Bien sur, la tradition du thé n’est pas perdue et les villages ne manquent pas d’offrir leurs petits salons où les grand-mères se tiennent au courant des affaires des voisins. Le soir, les hommes se retrouvent au pub pour la même raison et pour discuter rugby ou foot.

Et puis il y a les villes où il fait bon vivre comme Sherborne, Beaminster, Bridport ou Dorchester. Ce qui fait le charme du Dorset Occidental c’est que le département ne fait ni publicité ni relations publiques pour attirer les touristes. Mais la télé anglaise semble faire de plus en plus de programmes par ici. J’espère qu’ils vont pas nous gâcher le paysage. Faudrait pas qu’on devienne la nouvelle mode.

Gourmets, artistes et éco-guerriers adorent Bridport, West Dorset

traduction de mon article sur Bridport a simonseeks.com:

http://www.simonseeks.com/travel-guides/bridport-river-cottage-riverside-dorsets-coast__164376

Bridport est devenu connu en Angleterre grâce au chef Hugh Fearley-Whittinstall (et son programme télé River Cottage). Provenance et produit du terroir sont des mots qui chantent dans sa bouche et font rêver les gourmets britanniques qui se réveillent d’une longue hibernation culinaire.

Qui aime bien manger aimera le West Dorset

Je ne vous dirai pas qu’il faut aussi beau dans le West Dorset que sur la Côte d’Azur mais si temps Anglais il y a, la région est une des plus clémentes. Donc, les produits du terroir sont superbes et les locaux n’ont pas attendu nos chefs ‘people’ pour cuisiner avec. Prenez le restaurant Riverside à West Bay, le port de Bridport. Imaginez un chalet en bois planté au milieu d’un port sans prétention sur la rive du petit fleuve Brit. Difficile de trouver un meilleur poisson. On ne peut plus frais, direct de la baie de Lyme. Si le restaurant attire les gens du coin depuis 45 ans sans faille, il doit bien y avoir une bonne raison.

A quelques kilomètres se trouve un autre restaurant sans prétention -sinon de vous servir un poisson excellent ou des crèmes glacées bien crémeuses. Sur la plage de Burton Bradstock, le Hive Beach Café et son auvent vert ne paye pas de mine. Ne vous fiez pas aux apparences, les patrons sont très engagés sur le nouvel engouement anglais pour les produits du terroirs viables. De leur ‘Fish and chips’ poisson du jour à leurs sandwichs, tous les budgets trouvent leur bonheur. Quant à la plage avec ses falaises rouges, elle a une vue superbe vers la presqu’île de Portland (où seront les Jeux Olympiques de voile en 2012).

La Côte Jurassique

Bien que la France ait le pendant avec la côte aux dinosaures vers Villers sur Mer, la côte du Dorset est listée par l’Unesco comme Héritage Naturel Mondial. Tout comme le Grand Canyon ou le Golfe de Porto, la côte est reconnue d’intérêt mondial et doit être préservée pour les générations futures. Tout comme en Normandie, les chercheurs d’os de dinosaures et autres vestiges préhistoriques ont de quoi faire, bien qu’il soit bien sur interdit d’attaquer les falaises au risque de se retrouver avec un trou dans la tête…

Où d’autre peut on manger à Bridport?

Bridport ce n’est pas que la plage, au contraire. La ville est un mix intéressant d’artistes dans des vieilles usines à corde (St Michael’s Trading Estate), de classes sociales mélangées se retrouvant sur le marché hebdomadaire, de magasins un peu vieillots et un bon choix d’endroits où on peut manger à prix raisonnable. Bref, un endroit où il fait bon vivre et passer un moment. Pour ma tasse de thé -OK, café – avec une copine, j’aime bien le Beach and Barnicott. Pour des pizzas et une atmosphère sympa -grandes tables où on peut parler aux voisins- le Stables Bar -derrière l’Hôtel Bull dans la rue principale est super pour les petits budgets et les amateurs de cidre. Pour un défi exotique tout en restant régional, le restaurant Taj Mahal propose un curry avec un piment qui est si fort que l’échelle de Scoville (qui mesure la capsaïcine) ne peut le mesurer. Le piment Naga du Dorset est en fait cultivé à West Bexington, près de la plage de Chesil à quelques kilomètres à peine. Sinon, on peut tenter un curry de lapin, chose extrêmement rare chez les Anglais -et les Indiens qui proposent leur cuisine aux Anglais.

Où dormir?

Pour dormir, ce n’est pas le choix qui manque. Pour un hôtel plutôt classique avec des chambres confortables, je peux recommander le Bridge House (chambres doubles à partir de £98) des amis y ont passé un weekend et ont apprécié l’atmosphère sympa et le personnel bienveillant. La brasserie et le restaurant offrent des repas simples et bien anglais. Si vous êtes plutôt du genre papiers peints à gros motifs et baignoires sur pied, l’Hôtel Bull (double avec douche à partir de £70, avec bain £120) vous ira comme un gant. Pour une expérience du vrai Dorset plus campagne, les chambres d’hôte chez Pauline à Highway Farm ne manqueront pas de vous plaire. Pauline connait la région dans tous ses recoins, l’adore et sait faire passer sa passion. Elle organise également des cours d’artisanat d’art à prix très raisonnables, un excellent moyen de rencontrer des gens et parler anglais dans une atmosphère sympa. La ferme a également un cottage pour 4 personnes (à partir de £350 par semaine).

Et quoi d’autre autour de Bridport?

Les randonneurs adorent la région. Le GR South West Coastal Path qui longe la côte leur est bien connu pour ses grimpées et descentes le long des falaises et des plages. Panoramas superbes, notamment au cap doré (Golden Cap) qui tient son nom de son ‘chapeau’ couleur rouge or et qui est le point culminant de la côte du Dorset; excellent point de vue vers la presqu’île de Portland et l’immense plage de sable de Chesil. A l’intérieur des terres, les vues imprenables du bocage anglais et de la Manche ne manquent pas avec entre autres les collines de Lewisdon et Pilsdon Pen.

Si on se veut un peu éco-guerrier et laisser sa voiture, on peut prendre un bateau de West Bay pour admirer les falaises vieilles de 180 millions d’années, particulièrement belles au coucher du soleil. On peut également prendre le car, une expérience pas si traumatisante que ça, même pour ceux qui n’aiment pas les transports en commun. On trouve toujours à s’assoir et on peut admirer la vue au lieu de regarder la route…

Pour les artistes en herbe, pourquoi ne pas sculpter un totem ou plus simplement un bol avec Guy Mallinson? N’oubliez pas d’apporter vos bottes en caoutchouc car la pluie ne l’arrêtera pas. Les cours de Guy sont très en vogue et vont le devenir encore plus car la BBC a fait un programme basé sur l’expérience de passer une semaine dans la forêt. Le retour aux sources est très prisé et Monkton Wyld Court offre d’autres expériences dans la même veine. Le ‘bushcraft’ est à la mode même s’il est difficile a traduire (artisanat de la vie en plein air?). Une bonne façon d’améliorer son anglais tout en acquérant des connaissances dans une atmosphère sympa et constructive, good idea non?

http://www.bridgehousebridport.co.uk/

http://www.highwayfarm.co.uk/

http://www.thebullhotel.co.uk/

http://thefishrestaurant-westbay.co.uk/index.htm

http://tajmahalbridport.com/

http://www.mallinson.co.uk/

le culte du chef à la télé

Mon petit village du West Dorset ne se contient plus. Depuis que le chef Mat Follas a annoncé qu’il avait choisi Beaminster pour ouvrir son restaurant, on ne peut plus attendre. Pourquoi? Vous voyez, on habite un peu au milieu de nulle part et les people (ou est ce pipole?) on en voit pas souvent. Alors, comme les British sont devenus friands de chefs de cuisine à la television, nous sommes plutot heureux que le gagnant de Masterchef (programme de la BBC) nous ait choisi.
Mat est néo-zelandais et il propose de faire une cuisine du terroir. Ce qui est amusant c’est que ce mot n’existe pas en anglais. Cependant au menu, Mat a prévu entre autres un trio de lapin et des coquilles St Jacques (attrapées à la main) sauce ail sauvage. Je vous dirai ce que j’en pense dans quelques jours, lorsque j’aurai essayé l’un ou l’autre.

Quant à Beaminster, qu’en dire?
Lorsque je visitais le village avant de m’y installer avec ma famille, je me sentais toujours ‘chez moi’ sans trop savoir pourquoi. Une boulangerie, une patisserie, deux bouchers, un hotel restaurant accueillant (Le Bridge House Beaminster), une ‘tea-house’ et quelques autres boutiques font du centre un endroit vivant où il fait bon flanner. Les alentours sont vallonnés et verts, les balades dans la nature sont innombrables et nous sommes à un quart d’heure de la côte et de Bridport.
Il ne nous manquait plus qu’un chef pipole et les gourmets anglais vont tous vouloir venir nous visiter. Ils ne seront pas déçu, j’espère. J’ai confiance en Mat, il semble passionné et bucheur. Time will tell.

Quant à Beaminster, dites moi.

West Dorset: le top pour se ressourcer!

C’est avec raison que la Côte du Dorset a obtenu le label Site d’Héritage International de l’Unesco. Ce n’est pas peu. Tout comme Le Grand Canyon americain ou la barriere de corail australienne voici un endroit que nous devons préserver pour les futures generations. Ce n’est pas chose facile car la cote s’effrite (comme son pendant normand) et tombe à l’eau, de temps en temps. Moment opportun pour chercher des os de dinosaures (on ne sait jamais), moins sympa pour les propriétaires qui ont construit une maison avec vue imprenable.

Ceci étant dit, la Côte du West Dorset est très peu construite ce qui lui donne tant de charme. Il faut faire avec quelques campings de mobil-homes éparpillés tout du long mais sans eux, il y aurait des hotels, des residences secondaires et autres batiments en dur. En été, comme partout, les plages et les campings se remplissent, les stations et les villages sont plus vivants et les locaux qui ne vivent pas du tourisme font la moue. Un peu comme le Var en moins chaud et moins bondé.

Ce qui fait le charme de mon coin du Dorset c’est que nous n’avons pas d’autoroute, les trains ne sont pas supers, les routes sont parfois étroites avec des haies de part et d’autre et notre climat est un des meilleurs de l’Angleterre. Pour se ressourcer, c’est le top! Après le petit effort pour arriver chez nous, le grand réconfort de ce trouver dans un endroit dont la campagne n’a pas beaucoup changé depuis Tess d’Urberville et Thomas Hardy (on a des tracteurs maintenant, quand même). La Cote est très diverse avec des falaises tantot grises tantot dorées et plus loin la très longue plage de sable de Chesil Beach avant d’arriver à la presqu’île de Portland.

Rejoignez moi bientot pour découvrir de beaux villages, une campagne vallonnée et une côte superbe.