le festival de Beaminster

Comme promis, je peux vous conter maintenant ce que mon petit village du Dorset nous a offert pendant la quinzaine dernière.

Le festival commence sur la place du village ou petits et grands se réunissent avec grand plaisir. La musique est à l’honneur non seulement à ciel ouvert mais aussi dans l’église qui se réveille au son de concerts classiques, tout au long de la semaine. Quelle joie de sentir revivre un très bel édifice qui n’est plus le centre culturel qu’il était lorsqu’il a été bati. Le hall du collège aussi nous a tous réveillés… Quelle enthousiasme, quelle joie de vivre! Mes Anglais, plutot reservés à l’habitude, se sont crus en Inde pour une soirée et ont dansés et gesticulés devant le groupe RSVP -qui avaient joué à Glastonbury la veille- avec une énergie on ne peut plus contagieuse.

Mais ce n’est pas que musique. Des pièces de théatre pour tous, un Mowgli dans le jardin magnifique de Beaminster Court (demeure privée) avec un pique-nique sur l’herbe avant de se concentrer sur la troupe qui a absolument ravi tout le monde. Une exposition de peintures d’artistes locaux. Il y a du talent dans la région et les oeuvres d’art se sont bien vendues. Le musée de Beaminster a exposé des photographies des collégiens et des amateurs du club de photographie du village. De nouveau, la barre est plutot haute.

Ce doit être le coin qui attire le talent ou qui inspire, je ne sais pas. J’avoue que je trouve la région tout à fait calme, sereine et attirante. J’ai entendu dire que comme le village est dans une cuvette entourée de collines, l’atmosphère y est particulière et qu’une fois ici, on a pas envie de partir. Je ne vis ici que depuis peu mais je crois que je pourrais me laisser attraper. Peut-être qu’effectivement j’ai trouvé un village enchanté? Only time will tell…

festivals, festivals

“T’attend un bus pendant une heure et puis il y en a trois à la fois” Ce proverbe anglais est on ne peut plus vrai pour les festivals dans le Sud-Oust de l’Angleterre en ce dernier weekend de Juin.  Le plus connu est le festival de musique de Glastonbury qui bat son plein pendant trois jours et nuits. Pour la premiere fois il n’y a presque pas eu de pluie. J’y vais demain donc je vous raconterai plus tard.

Aujourd’hui les fines bouches sont heureux avec le festival de Bridport où les produits du terroir et les bières locales sont l’honneur. Journée superbe et ensoleillée comme l’année dernière. Un grand pré, des tentes remplies de produits locaux divers de burgers d’agneaux épicés (de Wyld Meadow Farm) excellents, des fromages nouveaux (une petite ferme dans le Somerset qui fait un Caerphilly superbe), des glaces onctueuses and riches en goût (Purbeck ice-cream).

Attention, vous trouverez une sauce (optionelle) à la menthe avec votre agneau, Je sais que cela parait toujours bizarre aux français mais il faut essayer, les saveurs se marient bien si la sauce est bien faite. Ce que vous remarquerez c’est que les Britanniques redécouvrent les valeurs du terroir, chose qu’ils nous envient s’ils sont fine gueules.

Depuis vingt ans que je vis en Angleterre le changement de perception et surtout de choix est phenoménal. A tel point que le mot terroir n’existe pas. ‘Local’ fait l’affaire mais ce n’est tout de même pas un mot aussi fort, il n’y a pas de notion de terre et d’appartenir à une histoire qui va avec. Ils se rattrapent cependant et pour cela on doit remercier des chefs pipole (lisez mon poste a ce sujet) -entre autres- comme Jamie Oliver et Hugh Fernley-Whittinstal qui nous ont montré ce que nos ‘chicken nugget’s faisaient à nos ventres et nos poulets.

Et le dernier festival du weekend? C’est celui de mon village de Beaminster où art et musique vont nous faire la vie belle pendant presque dix jours. J’y vais de ce pas et vous raconterai tout ça.

A bientôt!

Fool’s Well

Hundreds of big yellow plastic capes with ‘Le Puy du Fou’ written on the back is one memory I am not about to forget. The Fool’s Well, as it would translate, is best visited when the sun is shining. ‘Le Grand Parc’ is indeed a very large park where in one day, you are taken from the Middle Ages to the 19th century through plays and amazing stages. As luck would have it, we chose to go on an ‘orange alert day’ when, unbeknown to us until later, the weather forecast from meteo France recommended we should stay indoors. Luckily, you can buy large plastic yellow tents with a hood that cover your whole body and keep you reasonably dry. You can also buy baseball caps to keep the sun out of your eyes on sunny days.

The yellow capes gather on the seats around the Well and a narrator appears, telling us the story of the Puy du Fou. There used to be a castle where we are now seated with a beautiful young dame.  To our right, a mount opens and from a cloud of smoke a woman appears, on a bed. She wonders where her castle is, where her birds have gone. As the story unfolds, birds of prey appear. Falcons fly low over our heads, vultures shake their feathers and seem to say: “So, what we gonna do now” as if they came straight out of Disney’s Jungle book. The bird keepers do an amazing job of keeping their birds under control. The play lasts over 30 minutes but even soaked -and getting wetter still- we were left wanting for more, thankful the birds did not mind the rain.

In normal circumstances, this is the time when I head home for a dry heated room. But this display has proved that this is no ordinary place. The next show is only 15 minutes away, we have to see what the Vikings have to offer. The stage is bigger, there are around 20 actors around a lake. The yellow capes laugh as a huge black cloud opens up, a few capes give up, most are enthralled and stay put. A viking boat has appeared from under the water. Are these still figures, swords in hand, real people? I won’t tell you, I hate it when all the surprises are spoilt.

The Roman arena at Puy-du-Fou
The Roman arena at Puy-du-Fou

Next stop, a huge arena. The yellow capes, probably keen to warm up, perform a football-like wave (arms up, stand up, pass it on to your right and start again). Another feast with gladiators, lions, tigers and much participation from the crowd. Later, the Battle of the Dungeon tickled my fancy mainly because the baddies were English. The children loved the narrator, dressed as a Fou (clown).

5.30 finally arrives, time for the Musqueteers. Am I glad I waited for this? Well, I have never seen anything quite like this before. More smoke, water and lights are used to amazing effects. Spanish dancers and horses perform a perfectly synchronised show that make 40 minutes go like a flash. The rest of the day was not just spent going from one show to the next. We arrived in a 1900’s town centre (BOURG) complete with bakery, sweet and toy shops, we passed the 18th century village with its potter, ironmonger and post office and walked through the medieval city. But we still did not manage to do everything. My children want to come back as they have noticed there is a separate entrance with yet another castle. It is bigger still than any impressive display we have seen today and is only open in Summer. It is Cinescenie, claiming the biggest stage in the world with extravangant technical effects and over 1,000 actors. I am under strict instructions that we have to come back in the Summer. I’ll wear jumpers and winter coat just in case, but I’ll be there.

Le Puy-du-Fou, Vendée, Western France

http://www.puydufou.com/uk/

graffiti ou art a Bristol?

Bristol est une ville vivante ou les graffitis sont reconnus comme de l’art, a partir du moment ou ils ont ete peints par Banksy. Alors bien sur cela peut poser probleme avec les autres artistes graffiti. En plus, la ville ont decide de faire une expo gratuite cet ete (2009) dans le musee municipal. Cela attire beaucoup de monde (plus d’une heure de queue) donc c’est bien pour la ville. Je dirai que c’est plutot bien pour les artistes aussi car l’expo nous donne une bonne introduction a une forme de satirisme du 21eme siecle.

Plusieurs oeuvres sont a voir. Les peintures sur toile tout d’abord. L’assemblee nationale de singes ne peut pas manquer de faire sourire, tableau monumental en taille sinon en envergure. La montagne avec une asterisque pres de la neige qui refere à “pour une periode limitee seulement’. Deux touristes sur un rickshaw tire par un enfant dont ils prennent la photo avec leur telephone portable. 

Les sculptures sont tout aussi interessantes. Vous connaissez la Venus de Milo et le David de Michel-Ange. Ils ont ete revus et corriges. Le David du 21eme siecle a le visage caché et le corps entouré d’explosifs, la Venus est une sans abri avec son chien et une bouteille vide. 

L’artiste a passe le musee au peigne fin et a posé des petites anecdotes artistiques, provocantes et satiristes dans presque toutes les salles. Qu’on aime les graffiti ou pas, les satiristes ne datent pas d’hier. Les Français noteront sans doute un poster de Napoleon “Enfant du diable” bonne excuse typiquement Britannique de parler de Waterloo. 

Si vous passez par Bristol cet été, ne manquez pas d’aller découvrir Banksy et le musée de Bristol.

Eype, Eype, Eype, hourra!

Il y a des plages plus connues le long de la Côte du West Dorset comme Lyme Regis ou Burton Bradstock, je vous en reparlerai. Mais hier il faisait un beau soleil et je voulais regarder la mer, entendre les vagues et me balader sur les galets en fin d’après-midi. Je voulais un peu de tranquilité, de la simplicité et ne pas aller bien loin.

A vingt minutes de Beaminster et à 5 minutes de Bridport j’ai trouvé la solution: la plage d’Eype. Tout d’abord, il faut y arriver par une route plutot étroite et si vous allez jusqu’au bout vous trouverez un petit parking en bordure de falaise. Il faut payer £2 et si le Monsieur Parking n’est pas là, veuillez laisser votre argent dans la honesty box (on en a en France des boîtes honnêteté?). Incredible but true!

La plage est couverte de petits galets, attire quelques pêcheurs et promeneurs de chiens. Pas de pub ou de restaurant au bord de l’eau, il faut donc remonter environ 200 metres pour trouver le ‘Eype Mouth Country hotel’ (2 **) et son ‘Smugglers Bar’ ou plus haut encore pour le ‘New Inn’ pub.

Le coin est parfait pour les avides de la marche, le ‘GR’ Coastal Path qui longe la Côte traverse des endroits magnifiques que l’on voit bien de la petite falaise de Eype. A droite ‘Golden Cap’ (le point le plus haut sur la Cote) et Lyme Regis, à gauche les falaises oranges de West Bay, dorées de Burton Bradstock avant de deviner la très longue plage de Chesil Beach et la presqu’île de Portland.

Eype est une destination sans prétention avec deux campings (certains mobil-homes ont une vue imprenable sur la mer) un hotel de 18 chambres et des B&B (highwayfarm).

A bientot!

De Eype a Weymouth
De Eype a Weymouth

le culte du chef à la télé

Mon petit village du West Dorset ne se contient plus. Depuis que le chef Mat Follas a annoncé qu’il avait choisi Beaminster pour ouvrir son restaurant, on ne peut plus attendre. Pourquoi? Vous voyez, on habite un peu au milieu de nulle part et les people (ou est ce pipole?) on en voit pas souvent. Alors, comme les British sont devenus friands de chefs de cuisine à la television, nous sommes plutot heureux que le gagnant de Masterchef (programme de la BBC) nous ait choisi.
Mat est néo-zelandais et il propose de faire une cuisine du terroir. Ce qui est amusant c’est que ce mot n’existe pas en anglais. Cependant au menu, Mat a prévu entre autres un trio de lapin et des coquilles St Jacques (attrapées à la main) sauce ail sauvage. Je vous dirai ce que j’en pense dans quelques jours, lorsque j’aurai essayé l’un ou l’autre.

Quant à Beaminster, qu’en dire?
Lorsque je visitais le village avant de m’y installer avec ma famille, je me sentais toujours ‘chez moi’ sans trop savoir pourquoi. Une boulangerie, une patisserie, deux bouchers, un hotel restaurant accueillant (Le Bridge House Beaminster), une ‘tea-house’ et quelques autres boutiques font du centre un endroit vivant où il fait bon flanner. Les alentours sont vallonnés et verts, les balades dans la nature sont innombrables et nous sommes à un quart d’heure de la côte et de Bridport.
Il ne nous manquait plus qu’un chef pipole et les gourmets anglais vont tous vouloir venir nous visiter. Ils ne seront pas déçu, j’espère. J’ai confiance en Mat, il semble passionné et bucheur. Time will tell.

Quant à Beaminster, dites moi.

West Dorset: le top pour se ressourcer!

C’est avec raison que la Côte du Dorset a obtenu le label Site d’Héritage International de l’Unesco. Ce n’est pas peu. Tout comme Le Grand Canyon americain ou la barriere de corail australienne voici un endroit que nous devons préserver pour les futures generations. Ce n’est pas chose facile car la cote s’effrite (comme son pendant normand) et tombe à l’eau, de temps en temps. Moment opportun pour chercher des os de dinosaures (on ne sait jamais), moins sympa pour les propriétaires qui ont construit une maison avec vue imprenable.

Ceci étant dit, la Côte du West Dorset est très peu construite ce qui lui donne tant de charme. Il faut faire avec quelques campings de mobil-homes éparpillés tout du long mais sans eux, il y aurait des hotels, des residences secondaires et autres batiments en dur. En été, comme partout, les plages et les campings se remplissent, les stations et les villages sont plus vivants et les locaux qui ne vivent pas du tourisme font la moue. Un peu comme le Var en moins chaud et moins bondé.

Ce qui fait le charme de mon coin du Dorset c’est que nous n’avons pas d’autoroute, les trains ne sont pas supers, les routes sont parfois étroites avec des haies de part et d’autre et notre climat est un des meilleurs de l’Angleterre. Pour se ressourcer, c’est le top! Après le petit effort pour arriver chez nous, le grand réconfort de ce trouver dans un endroit dont la campagne n’a pas beaucoup changé depuis Tess d’Urberville et Thomas Hardy (on a des tracteurs maintenant, quand même). La Cote est très diverse avec des falaises tantot grises tantot dorées et plus loin la très longue plage de sable de Chesil Beach avant d’arriver à la presqu’île de Portland.

Rejoignez moi bientot pour découvrir de beaux villages, une campagne vallonnée et une côte superbe.

cricket et lunch a Bridport

Mes garçons viennent de partir jouer au cricket -vous savez ce jeu incomprehensible- et il pleut! Normal vous pensez, mais non. Depuis que j’ai debarque dans le Dorset il y a du soleil tous les jours. OK, du soleil ‘a la Normandie’, pas au zenith toute la journee, n’exagerons rien- mais tout de meme. Mais bon, je m’evade dans les nuages. Revenons a nos moutons et a Bridport. 

Si en France il est normal de manger un repas equilibre a midi, ici on se contente souvent d’un sandwich. Alors hier, j’ai decide que je voulais etre Francaise. Direction Bridport, (Dorset du Sud Ouest) et l’hotel restaurant The Bull. J’aime bien cet endroit parce que le personnel est toujours souriant et bienveillant, on y mange bien pour des prix raisonnables dans un decor sympa. 

Depuis cet hiver, ils ont un menu ‘crunch lunch’ (on a le crunch de credit en France?) un bon petit plat pour moins de £6. Bien sur, si on attend d’avoir super faim (oui, oui comme moi, pas maline) on se retrouve a manger un ‘fish & chips’ pour le double, mais bon. Ceci etant dit, il est excellent le poisson frites. Et j’ai moins mange le soir…

J’aime l’atmosphere de Bridport, ville accueillante avec un marche le mercredi et le samedi. Par contre, ne comptez pas y faire les courses alimentaires, c’est plutot des antiquites (ou des vieilleries), des fringues et quelques producteurs quand meme. Bridport etait reputee pour ses cordes (on cultivait de lin et chanvre dans la region) et les longues usines desafectees (St Michael’s Trading Estate) abritent maintenant des artistes.   

Comme nombre d’autres villes industrielles ou artisanales, Bridport est en plein changement et se regenere comme un phoenix. St Michael’s et ses artistes, l’hotel The Bull et ses nouveaux proprietaires sont deux bons exemples dans cette ville qui regarde le futur en se battant au lieu de se plaindre. C’est peut etre pour cela que l’atmosphere y est chaleureuse.

bienvenue sur mon blog

Welcome to my blog where I share some thoughts and ideas on places I have visited in France -my original home- and Dorset -my new home and any other subject that comes to mind, if you’re interested. 

Since the reason I am Franglaise is because I married an Englishman, I thought I’d start with where we got married: Le Pradet. You’re unlikely to have heard of it except if you’ve been to Toulon or Hyeres in the Var. Even more so ‘Les Oursinières’, its beach front and harbour. It wouldn’t be the trendiest of resorts like St Tropez down the road but it’s got a small sandy beach on one side, rock pools on the middle, a pebble beach on the other and more rocks to dive from on either side. That’s not all though, a few bars and restaurants line the sea front and a small harbour is filled with fishing and pleasure boats. Ah, and the petanque corner of course, I almost forgot.  

It has changed a bit since I used to go there as a child thirty (I just typed twenty then calculated…) years ago. But not that much, that’s why I love it. Yes it gets crowded in August but unless you own a boat and find a ‘secluded’ cove or walk miles, where doesn’t? The harbour looks -thankfully- a bit more modern, the pebble beach is more easily accessible but the beaches are as sheltered as ever, the views over Toulon and the Mont Coudon are still wonderful. For a family holiday, it’s a good place to try. See you there this summer?

So where exactly is ‘Les Oursinieres’: France, Provence Alpes Cote d’Azur, Var, Le Pradet near Toulon.

Nearest airports: Hyeres/Toulon (20 minutes), Nice and Marseille (just over one hour).

Nearest train station: Toulon.